Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le lundi 22 mai dernier nous avons eu, une fois de plus, le plaisir d’applaudir les musiciens résidents de la Cité qui donnaient là leur avant-dernier concert de la saison. Ce concert des résidents, offert par des musiciens venant d’une douzaine de maisons, est emblématique de la Cité internationale. C’est l’occasion pour un public, venu de toutes part, de vivre un moment de partage avec les cultures du monde entier, grâce à un programme très varié allant des œuvres classiques aux œuvres contemporaines en passant par la musique traditionnelle.

Aubin Garcia – Ranajoy Banerji – Floriane Petit

Aubin Garcia – Ranajoy Banerji – Floriane Petit

Présenté par Aubin Garcia, le maître d’œuvre, le concert a débuté avec l’ouverture Partita en Ré majeur de Bach, une des suites allemandes, mais interprétée ici au piano par Ranajoy Banerji, résident à la maison de l'Inde, dont le doigté léger à fait merveille pour cette œuvre composée initialement pour clavecin. Ensuite le piano est passé aux mains de Chao Du, un visiteur, pour la ballade N °1 Chopin ( la première des quatre ballades composées par Frédéric Chopin durant ses premières années à Paris) interprétée avec une émotion contenue qui débouchait in fine sur une séquence très énergique. Après cela nous avons eu une nouvelle fois le plaisir d’entendre Floriane Petit, la mezzo-soprano dont nous connaissons bien la voix puisqu’elle est de tous les concerts, avec “Von ewiger Liebe”, un lied de Brahms, qu’elle a accompagné de gestes mesurés mais convaincants avec sa voix parfaite pour emporter la conviction que l’amour est éternel. Elle était accompagnée au piano par Matias Olivieri.

 

Yaman Suhem – Anousha Nazari – Matias Olivieri

Yaman Suhem – Anousha Nazari – Matias Olivieri

Le morceau suivant était parfaitement bien choisi, puisqu’il s’agissait de “I love you” d’Omar Faruk interprété par Yaman Suhem au kanoun, un genre de cithare. Et pour rester en Orient, le morceau suivant était “Ruba’i N° 1 : Do Zolfoonat” de Samin Baghtcheban, d’après un poème de Baba Taher, poète persan du XIe siècle, un thème insistant où les mêmes mots reviennent sans cesse, porté par la voix de velour d’Anousha Nazari, accompagnée au piano par Karan Salaieghe. Ce duo a continué avec “Dast be Dastmalom” de Rouben Gregorian, un chant plus profond, plus vocal que le précédent. Ensuite nous avons retrouvé Matias Olivieri pour un solo de piano avec “Ginastera danzas argentinas opus N° 2, un morceau très rythmé, frappé, qui va en s’apaisant un temps pour repartir de plus belle.

Venkat Krishnan – Francesco Picella et Dominykas Gustas – Chao Du

Venkat Krishnan – Francesco Picella et Dominykas Gustas – Chao Du

Est venue ensuite la musique traditionnelle indienne avec Venkat Krishnan au mridangam, une sorte de tambour, instrument du Sud de l’Inde. Et pour rester dans les percussions, Francesco Picella et Dominykas Gustas ont fait une entrée percutante pour annoncer la Clapping music de Steve Reich, avec ces mots : “vous avez mérité des applaudissements” c’est vraiment aimable de leur part, surtout qu’ils ne nous ont pas dit qu’on méritait des claques. Tout de suite après ces applaudissements doublement nourris, nous sommes passé à de la musique traditionnelle vénézuélienne avec “Popurri” une comédie musicale des années 50, interprétée au piano par Kervi Bravo Aaraque. Et pour rester dans la même catégorie musicale, nous sommes ensuite passé à “Dream a little dream of me“ dont on se souvient de l’interprétation d’Ella Fitzgerald et aussi de The Mamas and the Papas, ici interprétée en trio avec Mathilde Blanc au piano qui accompagnait Anaelle Bergerard et Johanna Kuperminc au Chant.

Mathilde Blanc Anaelle Bergerard et Johanna Kuperminc – Pierre Laville, Andrew Watson et Paulus Wagner – Pierre Garneret, Venkat Krishnan et Basile Gully

Mathilde Blanc Anaelle Bergerard et Johanna Kuperminc – Pierre Laville, Andrew Watson et Paulus Wagner – Pierre Garneret, Venkat Krishnan et Basile Gully

Après ce sympathique trio de femmes est venu un, non moins sympathique, trio de chanteurs : Pierre Laville, Andrew Watson et Paulus Wagner pour nous interpréter leur version de “Baby on board” de The Be Sharp. Et pour enchaîner encore un trio d’hommes composé de Pierre Garneret, Venkat Krishnan et Basile Gully qui nous jouaient à la trompette au Ghatam et au piano, ce qui était annoncé comme une chanson connue des Beatles – A deviner ! Tâche difficile car l’interprétation était plutôt indéchiffrable. Mais il nous a semblé reconnaître “Lucy in the Sky with Diamond”, en tout cas c’était tout à fait psychédélique. Nous sommes restés dans le même univers musical avec encore un trio pour Composition groupe “Most Live” des In between avec au chant Katia Ait Ameur et aux guitares Théophylle Chevet et Quentin Gouriou. Ensuite encore une fois un trio – c’était le jour – pour interpréter “Let down” de Radiohead, avec au chant Aude Nyadanu, à la guitare Dominykas Gustas et à la batterie Ricardo Carrizo. Et ensuite, pour faire plus fort : un quatuor ! pour “Mas que nada” de Sergio Mendez avec les trois mêmes : au chant Aude Nyadanu, à la guitare Dominykas Gustas et à la batterie Ricardo Carrizo (Dominykas) et le renfort de Nicolas Judalet piano.

Aude Nyadanu, Dominykas Gustas et Ricardo Carrizo – Aude Nyadanu, Dominykas Gustas, Ricardo Carrizo et Nicolas Judalet

Aude Nyadanu, Dominykas Gustas et Ricardo Carrizo – Aude Nyadanu, Dominykas Gustas, Ricardo Carrizo et Nicolas Judalet

C’était encore un grand moment de musique et de joie où la Cité Internationale était vraiment elle-même, comme nous souhaitons qu’elle demeure toujours. Et nous espérons les revoir tous – eux et d’autres –  à la rentrée pour de nouveaux concerts, dans la tradition.

Katia Ait Ameur, Théophylle Chevet et Quentin Gouriou – Les résidents musiciens réuniq pour le salut final

Katia Ait Ameur, Théophylle Chevet et Quentin Gouriou – Les résidents musiciens réuniq pour le salut final

Les participants

Hadrien ABOLGASSAMI : guitare (maison des Arts et Métiers)
Katia AIT AMEUR : chant (maison de la Norvège)
Ranajoy BANERJI : piano (maison de l'inde)
Anaelle BERGERARD : chant (MINA)
Mathilde BLANC : chant et piano (Fondation Danoise)
Kervi BRAVO ARAQUE : violon (Fondation Biermans Lapôtre)
Ricardo CARRIZO VERGARA : batterie (extérieur)
Théophylle CHEVET : guitare (maison des Arts et Métiers)
Chao DU : piano (extérieur)
Aubin GARCIA : piano (MINA)
Pierre GARNERET : trompette (maison de la Suède)
Quentin GOURIOU : guitare (maison des Arts et Métiers)
Basile GULLY : piano (maison des Arts et Métiers)
Dominykas GUSTAS : guitare (MEASE)
Nicolas JUDALET : piano (extérieur)
Venkat KRISHNAN : mridangam (maison de l’lnde)
Johanna KUPERMINC : chant (extérieur)
Pierre LAVILLE : chant (Résidence Robert Garric)
Anousha NAZARI : mezzosoprano (maison des Arts et Métiers)
Aude NYADANU : chant (MEASE)
Floriane PE'ITI’ : mezzo-soprano (MINA)
Francesco PlCELLA : percussions (MEASE)
Matias OLIVIERI : piano (maison Heinrich Heine)
Karan SALAIEGHE : piano (extérieur)
Yaman SUHEM : kanoun (maison d’Argentine)
Paulus WAGNER : chant (Résidence Robert Garric)
Andrew WATSON : chant (maison des Provin

Frédéric Sausse

Tag(s) : #Article de presse

Partager cet article

Repost 0