Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le Quatuor Lachrymae au début du concert et à sa fin

le Quatuor Lachrymae au début du concert et à sa fin

A peine la saison culturelle de la Cité se terminait-elle le 28 juillet dernier à la Fondation des Etats-Unis par la première mondiale de Songs of Death and Taxes (voir article du mercredi 16 août) que la rentrée se profilait déjà le 30 août à la Maison Heinrich Heine avec le concert du Quatuor Lachrymae. Ce quatuor est le fruit de la rencontre entre quatre musiciens, passionnés par la musique de chambre, issus du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Comme l’on sait, un quatuor à cordes désigne un groupe de quatre musiciens avec généralement deux violons, un alto et un violoncelle. Mais c’est aussi ainsi qu’on nomme la forme musicale qui y correspond. Apparue vers le milieu du 18ème siècle elle en devient rapidement le genre le plus en vogue. Donc, dans son programme, qui offre un voyage à travers les siècles mais aussi à travers les continents, par le biais de trois œuvres représentatives de leurs époques, le Quatuor Lachrymae présente des compositions de ce type : "I Crisantemi" de Puccini au début, et au final le Quatuor op. 44 n° 3 de Mendelssohn.

 "I Crisantemi", ou les Chrysanthèmes, est une élégie pour quatuor à cordes que Giacomo Puccini (1858-1924) a écrite en 1890 pour la mort du Duc de Savoie. C'est une lamentation sentimentale que Puccini a utilisée ensuite pour la finale de son opéra Manon Lescaut. Comme Wagner, Giacomo Puccini est essentiellement un compositeur d’opéra, qui s’inscrivait dans la  tradition populaire de Verdi, mais qui avait un goût pour les pièces de quatuor à cordes. "I Crisantemi" est la seule qui n’ait pas été oublié. Il se trouve que c’est exactement la même chose pour le Quatuor op. 44 n° 3 de Mendelssohn, un des trois quatuors de Mendelssohn écrits entre 1837 et 1838, sur sept au total, et qui est le seul encore joué aujourd’hui. Composé de quatre mouvements, il navigue entre musique classique et romantique, entre traditions juive et chrétienne, entre génie spontané et sophistication.

Le morceau joué en second, était “Intermedio” de Hukaru Hayashi (1931-2012), compositeur, né à Tokyo, qui a fait surtout carrière avec le cinéma et s’est vite fait connaître par sa musique dans “l'Île nue”, film réalisé en 1960, un succès mondial. Mais il est aussi compositeur de musique d'orchestre avec une grande maîtrise de l'écriture pour quatuor et “Intermedio” une pièce singulière au titre évocateur, jouée ici en première hors japon, fait le pont entre ces deux œuvres majeures du répertoire de quatuor à cordes. L’interprétation soignée, précise et efficace de ces trois morceaux a suscité l’enthousiasme du public (la salle de la Maison Heinrich Heine était comble) qui a été récompensé par, en bis, une polka de Shostakovitch, enjouée et dansante.

Le quatuor, comme ensemble, est une formation majeure dans la musique de chambre et les quatre musiciens dont la rencontre a formé le  Quatuor Lachrymae sont bien évidemment des passionnés de cette musique et de sa pratique. C’est notamment le cas de Nicolas Dupont, un violoniste que nous connaissons bien pour les nombreux concerts qu’il a donné à la Fondation Biermans-Lapôtre où il était résident. Encore le 24 mai dernier il y présentait un duo de violon et piano avec la pianiste russe Olga Kirpicheva. Né en 1992, il a commence le violon à l’âge de quatre ans et s’est produit pour la première fois en soliste à l’âge de douze ans.
Membre fondateur du Quatuor, Adrien Bellom a débuté le violoncelle à l'âge de sept ans et, s’il s’est consacré un temps à l'étude du piano, il a opté pour l’instrument qui lui permet de partager la musique sur scène à travers des concerts de musique de chambre. Ses trois compositeurs préférés sont Mozart, Schumann et Ravel.
Les deux musiciennes de la formation viennent du Japon. Kei Tojo, née en 1991, a débuté le violon à l’âge de 3 ans et l’alto à 12 ans, attirée par cet instrument à travers différentes expériences de musique de chambre et d’orchestre. Arrivée à Paris en 2010, elle se produit depuis en concert au Japon et en France. Egalement passionnée de musique de chambre Misa Mamiya est née en 1994 à Tokyo, et a commencé le violon à l’école de musique à l’âge de 6 ans.

Le programme du concert :
Giacomo Puccini (1858-1924) Crisantemi (1890)
Hukaru Hayashi (1931-2012) Intermedio (2002)
Felix Mendelssohn (1809-1847) Quatuor op. 44 n° 3 (1838)
Allegro vivace
Scherzo assai leggiero vivace
Adagio non trappo
Molto allegro con fuoco
En bis : Polka de Dmitri Shostakovitch (1906-1975)

Le Quatuor Lachrymae :
Misa MAMIYA, 1er violon
Nicolas DUPONT, 2ème violon
Kei TOJO, alto
Adrien BELLOM, violoncelle

Frédéric Sausse

Tag(s) : #Article de presse

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :