Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nguyên Duy Tân vice-président de l'Alliance Internationale devant le Foyer du Vietnam  –  La salle avec l'exposition de photos   –  Huong Thanh, Ejoung Ju et Fumie Hihara

Nguyên Duy Tân vice-président de l'Alliance Internationale devant le Foyer du Vietnam – La salle avec l'exposition de photos – Huong Thanh, Ejoung Ju et Fumie Hihara

Comme il n’y a pas encore de Maison du Vietnam à la Cité, même si la Maison de l’Asie du Sud-Est (ancienne Maison de l’Indochine) peut en tenir lieu, il faut chercher ailleurs. Et d’ailleurs, ce vendredi 10 mars, le Foyer du Vietnam (où l'on peut voir actuellement une exposition de photos sur les Vietnamiens en France des années 20 aux années 50) nous offrait un concert exceptionnel – tel que nous n’avons pas encore eu l’occasion d’en apprécié même à la Cité – puisqu’il rassemblait le Vietnam, la Corée et le Japon : trois petits pays de l’Asie du Sud-Est relativement à l’immense Chine, avec un trio de musiciennes : la chanteuse vietnamienne Huong Thanh, accompagnée au geomungo par Ejoung Ju et au koto par Fumie Hihara.

Née à Saigon dans une famille de musiciens, Huong Thanh interprétait des chants traditionnels des trois régions du Vietnam parmi lesquels il y avait beaucoup de chansons d’amour. Elle était accompagnée au geomungo (littéralement la cithare noire – un l'instrument traditionnel en bois à six cordes vieux de plus de 1500 ans) par Ejoung Ju, qui adapte la richesse sonore de son instrument à différents genres musicaux : musique fusion, musique du monde, etc.

La cithare coréenne est évidemment apparentée à l’autre instrument d’accompagnement de cette soirée : la cithare japonaise, ou Koto, qui dérive elle aussi d’un instrument chinois. Le koto est l’instrument privilégié des musiques traditionnelles japonaises du XVIIe et du XVIIIe siècle mais Fumie Hihara, que l’on a beaucoup entendu, entre 2004 et 2007, à la Maison de la Culture du Japon, en fait un instrument d’accompagnement très efficace pour les chants vietnamiens de Huong Thanh et ce concert, en mettant en harmonie les sensibilités musicales de ces trois pays majeurs de l’Asie, est une performance (au vrai sens du terme) qui mérite de faire école.

Frédéric Sausse

Tag(s) : #Article de presse

Partager cet article

Repost 0