Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hazakura et le buffet convivial

Hazakura et le buffet convivial

Commencé à Kyūshū, l’île de l’Ouest, l’éphémère saison des cerisiers en fleurs (les fameux Sakura dont il existe 600 variétés) atteint Kyōto et Tōkyō début d'avril, et Hokkaidō, l’île du Nord, à la fin de ce mois. Le Japon est parsemé, du Nord au Sud, de ces cerisiers qui n’en sont pas (ne comptez pas en manger les cerises), on en trouve partout, dans les jardins et les parcs bien sûr, mais aussi sur le bord des routes. Les plus émouvants, mais aussi les plus rares, sont les cerisiers pleureurs, ou Shidarezakura, dont les branches tombent comme celles du saule pleureur avec des cascades de fleurs roses. (voir l’article : “Les cerisiers en fleurs, Sakura, dans le jardin de la Maison du Japon” du 3 avril 2016)

Ces fleurs de cerisier sont l’un des grands symboles du Japon – avec le soleil levant évidemment et aussi la grue un oiseau qui danse plutôt qu’il ne chante. Ils expriment l’impermanence des choses (qui est aussi un concept central du Bouddhisme) de la fragilité et la fugacité de la beauté et au-delà de la vie en général. Leur contemplation ou Hanami est un concept en soi – Hana, qui signifie “fleur”, hors contexte signifie directement “fleurs de cerisier”. Les Japonais se préparent moralement pour y aller au meilleur moment quand les fleurs sont les plus resplendissantes. Mais cette contemplation est aussi l’occasion de festoyer en pique-niquant sous les arbres et en consommant force saké. Au parc de Sceaux, à côté de Paris, les deux grands vergers de plus de cent arbres, comme on n’en trouve guère au Japon, les blancs (Prunus avium) et les roses (Prunus serrulata) sont envahis de familles japonaises, avec leurs enfants et leurs amis, qui sacrifient ici même à la tradition, à ceci près que le saké a cédé la place au Bordeaux, dont les Japonais sont très friands à l’instar des Anglais.

La Maison du Japon de la Cité se doit naturellement de célébrer cette fête sous les cerisiers de son jardin. Mais cette année les fleurs étaient en avance et bien que la fête ait été programmé pour le samedi 25, le Mankai ou pleine floraison, était dépassé et  il ne restait plus beaucoup d’écloses... Si bien qu’à la place du Hanami nous avons eu le Hazakura, c’est-à-dire les cerisiers en feuilles. Mais la fête n’en était pas moins joyeuse, avec le buffet participatif convivial arrosé de divers breuvages intéressants et agrémenté au surplus de plats de cuisine japonaise, apportés par Monsieur Ono, le directeur, qui nous quitte après deux ans de présence active et sympathique, pour laisser place dans quelques jours à son successeur, Monsieur Morita Riuji.

Frédéric Sausse

Les belles – Le directeur – Encore des belles

Les belles – Le directeur – Encore des belles

Tag(s) : #Article de presse

Partager cet article

Repost 0