Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Matsuri

Les Matsuri

Le 21 septembre dernier l'UNESCO organisait un symposium sur les Matsuri, ces fêtes traditionnelles japonaises qui prennent des formes très variées selon les régions. Elles sont célébrées afin de remercier les dieux pour une bonne récolte, et de prier pour la fécondité et la prospérité et le repos de l’âme. D’inspiration shintō, le plus souvent, elles se déroulent dans pratiquement toutes les localités et sont innombrables.

Mademoiselle Ôtani aux deux journées de Cool Japan à Paris – Le président de l'INALCO en compagnie de plusieurs sénatrices pour l'ouverture

Mademoiselle Ôtani aux deux journées de Cool Japan à Paris – Le président de l'INALCO en compagnie de plusieurs sénatrices pour l'ouverture

Evidemment les locaux de l'UNESCO, bien que vastes, ne se prêtent quand même pas aux défilés caractéristiques des Matsuri, comprenant souvent des chars et des cavaliers. En revanche se serait techniquement tout à fait possible à la Cité Universitaire, qui est, si l’on veut, une sorte d’UNESCO en réduction, qui reproduit le monde sur une petite échelle, comme le font les jardins japonais. Imaginons un instant la reproduction d’un des grands Matsuri du japon, en mai par exemple, dans le parc de la Cité. Quel spectacle ce serait !

Le déroulé de la séance d’habillage

Le déroulé de la séance d’habillage

Alors, à défaut de nous offrir un Masuri en chair et en os, au cours de ses deux journées de “Cool Japan à Paris” l'UNESCO nous a offert un spectacle unique avec la séance d’habillage du Jûnihitoe, qui constitue l’expression extrême de l’esthétique japonaise. C’est, depuis près d’un millénaire le costume traditionnel de la cour du Japon et que, aujourd’hui encore, l’impératrice et d’autres membres de la famille impériale, revêtent lors des grands événements.

Le résultat final

Le résultat final

La séance a été représentée par Mme Reiko Shôji, présidente du Kokusaibunka Technical College, avec ses assistantes. Le costume est réputé constitué de 12 vêtements qui sont revêtis successivement –  le nombre 12 ne devant pas être pris au pied de la lettre, car en japonais il signifie simplement un grand nombre, comme 36 en français, mais nous savons que c’est aussi un nombre hautement symbolique présent dans différentes religions et symbolisant la plénitude. C’était pour les spectateurs la découverte de l'esthétique et de l'esprit du Japon dans ce cérémoniel extrêmement codifié, où l’on retient son souffle jusqu’au résultat final, c’est-à-dire la représentation de l’impératrice dans son costume d’apparat.


Frédéric Sausse

Tag(s) : #Article de presse

Partager cet article

Repost 0