Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les couleurs des oiseaux chanteurs

Les couleurs des oiseaux chanteurs

Face à un phénomène comme Amira Willighagen, on ne peut pas s’empêcher de chercher une explication. Certains se lancent dans des considérations impliquant les neurosciences, les techniques d’apprentissage liées à la disposition d’ordinateurs pour les jeunes enfants. On a mentionné aussi l’influence du milieu et le fait d’avoir deux parents musiciens. Mais toutes ces conditions ne sont pas spécifiques, si elles suffisaient il y aurait de par le monde des dizaines de milliers d’enfants prodiges et nous savons qu’ils ne sont pas très nombreux, en même temps qu’inclassables.

L’explication donnée par le président du jury du concourt qu’elle remporta avec brio est qu’elle incarne une vieille âme, c’est-à-dire une âme déjà pourvue d’un savoir et revenue au monde pour en faire profiter l’humanité. Cette idée a le mérite d’écarter les théories mécanistes ou matérialistes et d’entrer de plain-pied dans le spirituel. L’ennui est que les “vieilles âmes” sont réputées être des personnalités en marge qui ont souvent des difficultés à trouver une place conventionnelle dans la société, ce qui n’est pas du tout le cas d’Amira qui semble être au contraire une petite fille épanouie et sans problème, menant en tout cas une vie de famille tout à fait normale et harmonieuse entre des parents attentionnés et un frère affectueux. Et c’est d’ailleurs cette normalité heureuse qui la distingue de Maria Callas, dont elle serait dans cette hypothèse la réincarnation, car cette dernière a souffert d’une vie de famille beaucoup plus compliquée.

Néanmoins il est plus naturel de compareer Amira Willighagen à Maria Callas qu'à d’autres génies musicaux, comme Chopin qui commença à composer à 7 ans, ou à Mozart et d’autres génies précoces, car elle est, comme elle, une interprète, du moins jusqu’à présent. Alors que l’oeuvre d’art, au Moyen Age, était vue comme une création divine, aujourd’hui l’artiste n’est plus un instrument de la volonté divine mais un être qu’un don naturel singularise, sauf si justement sont talent tient du miracle. Mais il ne faut pas oublier qu'il existe une distinction autre que quantitative entre le don et le génie. L’artiste génial crée de l’inédit avec une oeuvre qui s’adresse à l’humanité entière. “Amour, amour, amour, voilà l’âme du génie” disait Mozard dont on se souvient qu’à quatorze ans, il avait retranscrit, de mémoire, le Miserere de Gregorio Allegri en ne l'ayant écouté qu’une fois, ce qui fut considéré comme relevant d’un don surnaturel.

On peut aussi parler de don surnaturel concernant Amira, dont l’éclosion soudaine était apparemment inattendue, d’autant plus que, contrairement à Mozart, elle n’avait bénéficié d’aucune leçon. Or ni une intelligence supérieure, ni toute autre capacité : l’imagination, l’application, ne suffisent à expliquer un tel résultat qui défit l’imagination, comme l'étonnement qu'elle provoqua au concours Holland's got talent, le montre assez.

Pour en savoir plus lisez l'article précédent : Une star est née – Amira Willighagen la Maria Callas du 21ème siècle.

Frédéric Sausse

Tag(s) : #Article de presse

Partager cet article

Repost 0