Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Brexit : analyse géo-philosophique – par Ulrich Stoeckel

Les mêmes sondages les ont d’abord excités, puis brexités !

Le non-événement que nous sommes en train de vivre n’a rien de surprenant ! Il suffit de se rappeler les dérives récentes de nos continents : quand les Amériques et le Groenland sont partis vers l’Ouest et le fossé Atlantique s’est creusé, pour une raison quelconque, les îles britanniques n’ont pu se détacher pour partir avec. Depuis ce départ manqué hante nos amis habitant les îles britanniques, mais aussi nous-mêmes qui habitent l'Île de France :

Le traumatisme du départ raté à tout d’abord marqué de façon indélébile nos pauvres voisins d’outre-manche. Leur idiome est parsemé de sons zézayants - sur le papier “th”. Ca donne un charme fou à leurs manières de parler et de chanter. Il suffit d’entendre Hamlet dire “To be or not to be, THat is THe question” pour rendre palpable tout le foisonnement de l'Etre. Raison pour laquelle nos philosophes français ont abandonné l’Etre au profit du Sein, bien que là on ne doive pas oublier qu'il s'agit du zézaiement des allemands.

Un autre trait très touchant des britanniques – probablement lié à cette grande sensibilité aux forces tectoniques – c'est leur gauchisme sublimé ! Sensibles aux forces tectoniques et invariablement poussées vers le côté gauche de la chaussée quand ils remontent vers le Nord, ils ont fini par inscrire ce comportement extravagant dans leur code de la route, à eux.

Mais revenons à notre cité-u, à nous ! Elle est secouée tout les quelques minutes par les rames du RER – lui aussi roulant à gauche dans son tunnel du côté de la maison du Mexique. Et ce RER est souvent paralysé par un mouvement social organisé par le syndicat SUD Rail – lui aussi roulant à gauche.

Pour terminer n’oublions pas de rendre hommage aux dirigeants de la cité-u : ils ont bien fait de nous donner un Collège Franco-Britannique et non une Maison britannique tout court. Manière de dire que le “OUT” a beau sévir sur les îles britanniques, il ne passera pas par l'Île-de-France ! Anticipant le Brexit, pour bien marquer le point, et dire clairement que notre île à nous est insensible à toutes les dérives – continentales ou non – ils ont érigé la Maison de l'Île-de-France qui a une fière allure.

Enfin – beaucoup de bruit pour rien ! Les instituts de sondage british n’avaient qu’à prédire le Brexit pour mobiliser les réserves europhiles. Ils ne l’ont pas fait ! Je crois qu'il s'agit d'un complot de la City et non pas de la Cité (u).

Tag(s) : #Editorial

Partager cet article

Repost 0