Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 la formacion flamenca Vaiven, Estefanía Suissa et Carlos Ruiz, Enrique Muriel et Dany Tores

la formacion flamenca Vaiven, Estefanía Suissa et Carlos Ruiz, Enrique Muriel et Dany Tores

Jeudi, dernier jour du mois de mars, le Collège d'Espagne nous a offert un spectacle de Flamenco avec la formacion flamenca Vaiven, créée en 1998 par Antonio Ruiz, danseur passionné de flamenco venu d’Andalousie. Le groupe Vaiven réunit de nombreux artistes qui sont les héritiers de cet "arte flamenco" et le font partager au public du monde entier.

Rappelons que le flamenco est un genre musical, né au 18ème siècle en Andalousie à partir d’influences diverses, essentiellement populaires. À l'origine, c’était un chant a cappella qui s’est progressivement enrichi avec des claquements des mains ou de castagnettes et bien sûr aussi avec la danse en solo où les claquements sont ceux des talons sur le sol. Les instruments du flamenco sont, outre la voix très présente, le cajon, une caisse à percussion venue du Pérou, et la guitare.

Les artistes trouvent, à travers le flamenco, une liberté de mouvement et d’expression qui les libère des codes du monde moderne. En même temps qu’un spectacle, le Flamenco est une fête où les sensibilités s'expriment en remontant aux origines, celles de la terre d'Andalousie où les cultures se sont rencontrées et mélangées au fil des siècles, formant un pont entre l’Orient et Occident. Leurs voix puissantes nous bouleversent, l'énergie sauvage de la danse nous emporte et la rythmique nous traverse avec tout le côté théâtral : claquements de main à l'Espagnole avec les doigts contre la paume, les jeux de main, par moment les poings serrés expressifs, et le chant les yeux fermés qui souligne l'expression du visage.

 Estefanía Suissa, Carlos Ruiz

Estefanía Suissa, Carlos Ruiz

A cette occasion, nous avons pu applaudir six artistes, deux chanteurs, deux danseurs et deux musiciens. Parmi les chanteurs il y avait Cécile Evrot, une française, qui chante le Flamenco depuis quatre ans à Paris et à l’étranger, après s’être formée à Séville auprès de maîtres de chant en cours particuliers, et qui nous a charmé par son style et sa technique. L’autre chanteur était Melchor Campos, issu par sa famille du flamenco gitan de Séville, bien que né à Montpellier où il a appris le chant et la guitare dès son plus jeune âge, encouragé par sa mère chanteuse et son père guitariste. Sa voix typiquement gitane développe une puissance qui sert son interprétation généreuse.

Parlons des musiciens avant d’en venir aux danseurs. Le guitariste Enrique Muriel, originaire de Malaga, a baigné dans le Flamenco dès son plus jeune âge et c’est à treize ans qu’il découvre sa vocation de guitariste. Dany Tores, le percussionniste avait amené plusieurs instruments. Mais c’est le cajon, une sorte de caisse de résonance, sur laquelle il était assis, qui est l’instrument emblématique du Flamenco, bien qu’il soit d’origine péruvienne.

Carlos Ruiz a découvert la danse à six ans, formé à l’Ecole Carmen Lopez et au Conservatoire de Valencia, à plusieurs disciplines, il part ensuite à Madrid et à Séville et étudie auprès des grands maîtres du Flamenco actuel. Il nous a emballé par une interprétation tonique où il paraît infatigable devant son public, comme un matador devant le taureau. Sa partenaire, Estefanía Suissa est née à Paris, mais s’est découvert très tôt une passion pour le flamenco et a ensuite étudié la danse. Elle est Diplomée de l'Ecole Supérieure du Spectacle à Paris, mais elle s’est installée à Séville en 1994, pour étudier auprès des grandes figures de la danse flamenca. Sa danse tout en souplesse ondulante donne parfaitement la réplique à l’interprétation très virile de Carlos, parfaitement soutenue par les musiciens et les chanteurs. Melchor nous a offert plusieurs morceaux de bravoure où il se donne à fond et, comme l'improvisation est l’étape ultime dans la maîtrise de l'art, Cécile nous a surpris en passant in fine sur le devant de la scène pour le “fil de fiesta” dans la tradition du Flamenco. Nous espérons les revoir au Collège d’Espagne où Vaiven s’était déjà produite.

Frédéric Sausse

Melchor Campos,  Carlos Ruiz, Cécile Evrot, Enrique Muriel et Dany Tores

Melchor Campos, Carlos Ruiz, Cécile Evrot, Enrique Muriel et Dany Tores

Tag(s) : #Article de presse

Partager cet article

Repost 0